ouvrages de Moussa Doumgor

3 avril, 2011

l’ancien ministre de la communication, porte parole du gouvernement,le journaliste Hourmadji Moussa Doumgor a présenté le 11 mars 2011 à  l’Institut Français du Tchad (Centre cultuel Français) cinq de ses derniers ouvrages publiés aux Editions Edilivre Aparis en France en 2010.
les titres des ouvrages sont les suivants:
1/ Les Enfants de sang: le roman pose la problématique de l’enfant considéré dans la communauté Mbay du Tchad comme un produit du sang du géniteur. considéré comme tel, aucune différence ne peut être faite entre un enfant né dans le mariage ou hors mariage. il en est de même entre les membres d’un clan issu d’un même arbre généalogique,d’un même aïeul. pétri de sa culture mbay, Moïse, le personnage central du roman, jeune homme à  femmes se retrouve avec quatre enfants qu’il reconnaît comme produits de son sang issus de différentes mères. Dans l’intérêt de ses enfants, il devient polygame.

2/ Un destin fabuleux: un roman autobiographique relatant le parcours d’un orphelin de père, élevé par une mère extraordinaire, auquel la vie ne fait que sourire, comme si un Esprit protecteur le protégeait et le conduisait vers la réussite. alors que l’orphelin n’avait aucune chance au départ d’aller à l’école, il décide par lui-même de suivre l’un de ses cousins dans son école. le maître, intrigué, le remarque en train de suivre les cours depuis une fenêtre et, au lieu de le renvoyer, il l’autorise à  entrer en salle pour suivre le cours. Et c’est le début d’un parcours fabuleux qui va conduire au baccalauréat et aux études universitaires, sans efforts particuliers. ses notes aux examens et concours sont toujours supérieures à  celles qu’il reçoit généralement en classe. un orphelin est-il un protégé du bon Dieu ? cette question constitue la trame de ce roman.

3/ Destins croisés: au lycée se croisent et se rencontrent les élèves de tous les milieux et de toutes cultures. c’est le cas du lycée Félix Eboué, le plus grand lycée du pays, destiné   recevoir les enfants de toutes les régions pour promouvoir une génération de citoyens et de futurs responsables nourris des principes de l’unité, de l’Etat et de la nation. ce sont autant de destins qui croisent avec des amitiés qui se fondent; des conflits d’intérêt ou des chocs de culture qui surgissent; des bagarres, des complicités, des amours, des jalousie, des trahisons constituent le lot quotidien des situations vécues en communauté sociale, scolaire. Mornadji, le personnage central, est un jeune villageois issu de la dignité traditionnelle, héritier de l’autorité des cultes initiatiques, appelé à  remplacer son père le moment venu, se retrouve dans la capitale, au Lycée où sa vie va connaître un tournant, tiraillé entre son éducation traditionnelle et l’attrait de la culture moderne. il se convertit au christianisme, s’amourache d’une fille musulmane et tombe dans le piège d’une femme en quête de fraîcheur juvénile. Mornadji perd la tête et doit être ramené au village pour des soins traditionnels, sensés permettre la récupération de son esprit perdu par le choc des cultures.

4/ Destins unis: c’est la rencontre de deux jeunes gens de milieux sociaux différents que rien apparemment ne devrait unir. contre l’avis de leurs parents respectifs, ils décident de se marier. Comme condamnés, une guerre civile éclate quelques jours après leur mariage pour les contraindre à se séparer momentanément. ils vont se retrouver en exil, mais le bonheur dont ils ont rêvé en se mariant connaît trop de couacs; le divorce à l’amiable devient inéluctable pour les deux. Divorcés, ils n’arrivent pas à  s’oublier; ils décident de se retrouver le jour anniversaire de leur mariage, chaque année, parce que convaincus que leurs destins est définitivement unis au de-là  de leur séparation de corps.

5/ Une histoire de putsch: un roman inspiré des coups d’Etat militaires en série que l’Afrique a connue dans les années 70-80. ici le coup d’Etat constitue l’alternative incontournable que les libertés sont étouffées, et quand la démocratie semble durablement en panne,un coup d’Etat qui débloque la vie politique et ouvre des perspectives salutaires avec retour des militaires dans les casernes et élections pluralistes incontestables. Un putsch salué par la communauté internationale dont l’instigateur est comblé de lauriers de dignité et de reconnaissance internationale.
N.B. le roman a paru avant le coup d’Etat du Niger, sinon on dirait qu’il est inspiré de la situation particulière du Niger avec le dénouement qui est intervenu par les élections réussies dans ce pays.

je suis de retour

3 juin, 2015

après plusieurs années d’absences, me voici de retour, plus disposé à reprendre mes informations sur nos nouveaux ouvrages et commenter l’actualité nationale et internationale. retrouvez-moi souvent pour poursuivre des débats interessants et profonds sur de grands sujets. Abientôt

Côte d’Ivoire: tergiversations coupables!

4 avril, 2011

Ce qui ce passe en Côte d’Ivoire peut arriver à n’importe quel pas africain. La plupart des Chefs d’Etat sont des Gbagbo potentiels, capables de se maintenir par le feu et le sang de leurs peuples pour se maintenir au pouvoir. Aucun de ces Chefs d’Etat ne se risquera à intervenir militairement au nom de la démocratie et des droits de l’homme pour libérer les ivoiriens de ce drame sans nom qu’il vit depuis une dizaine d’années. D’où les tergiversations de l’Union Africaine qui assiste aujourd’hui impuissante à cette descente aux enfers de ce pays qui fut le fleuron de l’Afrique de l’Ouest sous feu le président Houphouet Boigny. Le président élu Allasane Dramane Ouattara a raison de récuser le dernier médiateur désigné par la Commission de l’Union Africaine. l’UA, devenue plus machin que rien, et totalement disqualifiée à cause de ses tergiversations, pour régler quelque conflit de pouvoir que ce soit en Afrique. On le voit bien dans le drame qui a cours en Libye.
Mais la classe politique ivoirienne est globalement responsable de la destruction actuelle de la Côte d’Ivoire; les inventeurs du concept abject de l’ivoirité en sont les premiers coupables pour avoir semé la graine de la haine et de l’exclusion pour espérer conserver le pouvoir ad vitam eternam au profit de leur clan, comme si le pays était leur propriété privée. Quels sont les clans des Chefs d’Etat au pouvoir en Afrique qui ne nourrissent-ils pas les mêmes desseins? Quand les forces nationales de défense et de sécurité deviennent des milices tribales, dirigés exclusivement par les membres du clan au pouvoir pour veiller au grain et réprimer dans le sang toutes velléités de contestation de ce pouvoir; quand les marchés publics et tous les secteurs-clés de la vie économique et sociale sont détenus par les membres du clan au pouvoir dans le but de constituer une dynastie régnante; quand les grandes firmes internationales se mettent de la partie pour préserver leurs intérêts en entretenant la corruption au profit du clan au pouvoir; eh bien, tous les ingrédients d’une révolte des laissés-pour-compte, de la remise en cause du sentiment national et de la résurgence de revendications tribalistes, parfois séparatistes, sont réunis pour conduire inévitablement tôt ou tard au printemps arabe ou à l’éclatement comme au Soudan. Tous les pays africain sont sur cette poudrière. Les masses qu’on instrumentalise à souhait pour faire croire à la popularité de certains à travers les images de télévision ne sont jamais dupes des lendemains incertains qui pèsent sur la plupart de leurs Etats. L’exemple de la Tunisie doit instruire tous les tyranneaux africains.
Les tergiversations de la communauté internationale depuis la victoire sans bavures d’Allassane Dramane Ouattara à l’élection présidentielle ne sont pas moins blâmables. Le jour où un proche de Laurent Gbagbo a empêché publiquement la publication des résultats partiels de l’élection présidentielle par un membre de la CENI, la cause était entendue que Laurent Gbagbo n’allait pas accepter le verdict des urnes. C’est ce jour là que l’ONUCI et la force française Licorne devraient prendre des mesures pour dissuader Gbagbo de recourir à la force pour soumettre le président élu à un blocus et préparer la guerre qui, de toute façon , était inéluctable avec les forces nouvelles basées dans le nord du pays. On aurait alors fait l’économie d’une guerre et des pertes en vies humaines d’aujourd’hui. Crier maintenant qu’il y a violations massives des droits de l’homme, c’est jouer au pompier qui accourt après l’incendie alors que tout s’est consumé.
En clair, tous les peuples africains aspirent à la paix, à la liberté et à une juste répartition des ressources nationales. Il y aura d’autres Côtes d’Ivoires si les autres Gbagbo ne tirent pas aujourd’hui les leçons de la tragédie ivoirienne qui se joue sous nos yeux. Et on ne peut pas compter sur l’Union africaine pour éteindre l’incendie quand il éclatera ça et là. Seul le Conseil de sécurité des Nations Unies sous le leadership mondial de Barack Obama peut nous prévenir des lendemains incendiaires en Afrique.
le Continent africain a besoin d’un véritable parapluie international pour libérer pacifiquement les peuples des dictatures qui n’hésitent pas à sortir des chars et des hélicoptères pour écraser les peuples qui manifestent les mains nues pour revendiquer plus de liberté, plus de justice et un Etat de Droit démocratique. Toutes les tergiversations condamnent à terme et les Etats et les peuples soumis à la cruauté des tyrans. ces peuples considèrent aujourd’hui Barack Obama comme le messie des temps modernes, venu opportunément pour remettre de l’ordre dans ce monde en perdition démocratique dans certaines contrées, notamment africaines. Quand le peuple libyen remercie la France et le président Sarkozy à Benghazi, c’est tout un message!
Moussa Michel

élection au Tchad

30 mars, 2011

le Tchad se prépare à organiser pour la quatrième fois des élections présidentielles pluralistes inclusives. les candidats sont pour la plupart les mêmes. on s’attend à ce que les résultats soient favorables au président sortant Idriss Déby Itno qui, par deux fois, a battu ses concurrents Kamougué Wadal abdel Kader en 1996 et Yorongar en 2001 au deuxième tour. en 2006, Yorongar , Kebzabo , Kamougué avaient boycotté l’élection présidentielle laissant le Président sortant gagner au premier tour face à Kassiré, Pahimi et Brahim Koullamallah. Pahimi rebelotte encore cette année pour accompagner selon certains commentateurs le président sortant, qui vient d’ailleurs de rafler la mise aux législatives en alliance avec Kassiré et l’ancien président Lol Mahamat Choua. la réelection du président sortant ne faisant pas de doute, il va disposera d’une majorité confortable pendant son prochain mandat. d’autant plus que la plupart de ses opposants dont Koumallah, Dahalob, Kassiré, l’ancien président Lol viennent de se rallier à sa candidature.
la surprise pour cette nouvelle élection est le retrait de trois candidats considérés comme des challengers de taille de la course: Kamougué, Yorongar et Kebzabo. Des trois, seul Yorongar peut se targuer d’être un vrai opposant qui n’a jamais été associé à la gestion du pouvoir du Mouvement patriotique du Salut depuis 20 ans. Kebzabo avait soutenu le président sortant en 1996 contre Kamougué au deuxième, alors que Yorongar soutenait au contraire Kamougué. En 2001, aucun ténor de l’opposition n’avait soutenu Yorongar au deuxième contre le même Idriss Deby Itno. l’entente des trois opposants a donc de quoi surprendre tous les observateurs de la vie politique tchadienne. Surtout que Yorongar n’a pas été signataire de l’accord du 13 août 2007 ni membre de la CPDC( coordination pour la défense de la Constitution) créée à la suite de la modification de l’article sur la limitation du mandat présidentielle ayant permis au président sortant de se représenter.
on peut donc considérer que la prochaine élection présidentielle ne sera qu’une formalité pour le président sortant, et qu’on reviendra à une formule déjà usitée de démocratie consensuelle et participative avec des opposants dans un gouvernement, et peut être avec un opposant minoritaire comme président de l’Assemblée nationale comme en 1997 avec Kamougué au perchoir.
en définitive, la prochaine élection présidentielle risque d’être un non évènement.

Bonjour tout le monde !

30 mars, 2011

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.